Our Annual Meeting in Baltimore, MD (Full Schedule and Registration Details)

By Emran El-Badawi and Gabriel Reynolds (With special thanks to Charles Haws)

The International Qur’anic Studies Association is happy to announce the full schedule of its first annual meeting, taking place in Baltimore, MD from November 22-24, 2013. You may recall our earlier announcement informing you about our exciting program for the first day. See the schedule below, but note that room assignments are still pending.

(baltimore.org)

(baltimore.org)

Given that this is IQSA’s inaugural meeting as well as the heightened public interest, the directors and steering committee have decided to make registration for to all IQSA panels on Friday Nov 22 (including the keynote lecture and response) free and open to the public. Those interested are further encouraged to attend IQSA panels on Saturday Nov 23 and Sunday Nov 24 by paying the registration fee of the Society of Biblical Literature – or –  American Academy of Religion. Finally, you are encouraged to subscribe to our blog in order to receive weekly news updates about our meetings, as well as informed posts on Qur’anic Studies today.

On behalf of the co-directors, steering committee and partners we thank you for your enthusiasm and support for IQSA.We look forward to seeing you in Baltimore!

International Qur’anic Studies Association
11/22/2013
1:30 PM to 4 PM
Room: Baltimore Convention Center – 345

Qur’an Manuscripts: Text, Object and Usage

Gabriel Reynolds, University of Notre Dame, Presiding

Keith Small, London School of Theology
Gems of the Bodleian: Qur’an Manuscripts at Oxford University (20 min)

Discussion (10 min)

Simon Rettig, Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery
Codicology versus History of Art? Rethinking the Visual Study of Qur’an Manuscripts (20 min)

Discussion (10 min)

Alasdair Watson, Bodleian Libraries
The King’s Mushafs: A Glimpse at Some of the Qur’ans from Tipu Sultan’s Royal Library (20 min)

Discussion (10 min)

Asma Hilali, Institute of Ismaili Studies
The Manuscript 27.1 DAM: Sacred Words and Words about the Sacred (20 min)

Discussion (10 min)

Break (30 min)

International Qur’anic Studies Association

11/22/2013

4:30 PM to 5:45 PM
Room: Baltimore Convention Center – 345

Keynote Lecture: Implausibility and Probability in Studies of Qur’anic Origins

Emran El-Badawi, University of Houston, Introduction (10 min)

Aziz Al-Azmeh, Central European University, Budapest, Panelist (45 min)

Jane McAuliffe, Bryn Mawr University, Respondent (20 min)

International Qur’anic Studies Association

11/23/2013
9:00 AM to 11:30 AM
Room: Hilton Baltimore Convention Center Hotel – Paca

Theme: Approaches and Theories on the Translation of the Qur’an

Helen Blatherwick, University of London, Presiding

Maria Dakake, George Mason University
The Original Soul and the “Womb” of Kinship: The Feminine and the Universal in Qur’an 4:1 (25 min)

A. J. Droge, Translator
Traduttore, Traditore? Revisiting Mr. Nabokov (25 min)

Devin J. Stewart, Emory University
The Translation of Divine Epithets in the Qur’an (25 min)

Omar Tarazi, Independent Scholar
Translating the Qur’an’s Aesthetic and Intellectual Features into Plain English (25 min)

Shawkat M. Toorawa, Cornell University
Translation and the Sad Fate of the Qur’an’s Most (?) Important Feature (25 min)

Discussion (25 min)

International Qur’anic Studies Association
11/23/2013
1:00 PM to 3:30 PM
Room: Marriott Baltimore Inner Harbor – Stadium Ballroom II

Theme: Qu’ran and Gender

Farid Esack, University of Johannesburg, Presiding

Juliane Hammer, University of North Carolina at Chapel Hill
Equity, Equality, or Hierarchy: American Tafsir on Gender Roles in Marriage (20 min)

Discussion (10 min)

Kecia Ali, Boston University
Destabilizing Gender, Reproducing Maternity: Qur’anic Narratives of Mary (20 min)

Discussion (10 min)

Marion Holmes Katz, New York University
The Ethical Body and The Gendered Body In The Qur’an (20 min)

Discussion (10 min)

Hamza M. Zafer, University of Washington
The Sons (and Daughters) of Israel: Gender In Qur’anic Negotiations of Jewish Lineage (20 min)

Discussion (10 min)

Aziz al-Azmeh, Central European University, Respondent (10 min)

Discussion (20 min)

International Qur’anic Studies Association
Joint Session With: International Qur’anic Studies Association, Qur’an and Biblical Literature
11/23/2013
4:00 PM to 6:30 PM
Room: Marriott Baltimore Inner Harbor – Stadium Ballroom II

Michael Pregill, Elon University, Presiding

Michael Graves, Wheaton College (Illinois)
Kernel Texts and Prophetic Logia: Biblical and Quranic Scholarship in Dialogue (20 min)

David Penchansky, University of Saint Thomas (Saint Paul, MN)
Daughters of Deity in the Bible and the Quran (20 min)

Abdulla Galadari, University of Aberdeen
Begotten of God: A Quranic Interpretation of the Logos (20 min)

David Hollenberg, University of Oregon
Ships of Faith, Islands of Salvation: Stories of the Prophets as Intra-Sectarian Shi’ite Polemic (20 min)

Clare Wilde, University of Auckland
Quranic Echoes of the bnay qeyama (20 min)

Discussion (20 min)

Business Meeting (20 min)

International Qur’anic Studies Association
Joint Session With: International Qur’anic Studies Association, Qur’an and Biblical Literature
11/24/2013
1:00 PM to 3:30 PM
Room: Hilton Baltimore Convention Center Hotel – Johnson B

Theme: Modern Muslim Critics of Bible and Isra’iliyyat

Brannon Wheeler, United States Naval Academy, Presiding

Gabriel Said Reynolds, University of Notre Dame
Reading the Bible with Ahmad Deedat (20 min)

Michael Pregill, Elon University
Modern Critics of Isra’iliyyat and the Problem of Isma’ (20 min)

Younus Mirza, Allegheny College
Abridging the Isra’iliyyat: Shaykh Ahmad Shakir’s (d.1377/1958) Summary of Tafsir Ibn Kathir (20 min)

Roberto Tottoli, Universita degli Studi di Napoli l’Orientale
Isra’iliyyat: A Tool of Muslim Exegesis and Western Studies (20 min)

Discussion (20 min)

© International Qur’anic Studies Association, 2013. All rights reserved.

First International Symposium on Rethinking the Qur’an

By Andrew Rippin

ANKARA—On May 3-5, 2013, the Research Institute for Philosophical Foundations of Disciplines (İlim Dallarının Düşünce Temellerini Araştırma Enstitüsü) in Ankara sponsored the First International Symposium on Rethinking the Qur’an. With papers presented by fifty-one participants from about twenty countries worldwide, and with attendance topping 200 people—more than 50% of whom were women—this was an event of some significance.

The concern of  the local community with the idea of “rethinking” the Qur’an was evident, both in the papers delivered and in the composition of the audience. Many expressed opinions about the best method by which the Qur’an might be understood and about why that process of understanding was so difficult. As numerous speakers said, while no doubt is harbored that the Qur’an is a revelation from God, the problem of the need for a method to understand the text remains. The discussion was open and often surprising (to an “outsider” such as myself), and the tone remained—for the most part—earnest yet respectful. Such conversations were facilitated and kept available to all through simultaneous translation of English and Turkish (as well as Arabic and Persian in some panels).

The question of whether academic scholarship has anything to contribute to the task of “rethinking the Qur’an” was brought to the surface through the participation of several scholars who adopted a theoretical angle. (Literary, historical, and comparative religion approaches were especially evident.) This sort of conversation between perspectives on the study of the Qur’an has, at the very least, the merit of breaking down the perceived barriers between academic work and devotional concerns.

There were some papers that particularly drew the attention of the audience and others that reflected theoretical sophistication of considerable interest. Several papers from Iranian participants, given in English, were focused on linguistic structures and informed by general theory, for example. One presentation from a Mauritanian/Moroccan scholar on qiwama in the context of Q. 4.34—as can likely be imagined by readers of this blog—aroused impassioned responses and evoked many reinterpretations of the passage on the part of the audience, despite the speaker’s attempt to emphasize the need to follow the methods of al-Jabiri, Arkoun and Fazlur Rahman.

There is no doubt that a theological agenda was close to the surface in many of the papers and discussions, and this was totally explicit in the two concluding talks of the symposium. One challenge that clearly emerged  as critical was that of resolving the hermeneutical problems of multiple meanings in the text, without the believer’s reverence for the text overcoming the scholar’s constructive analysis (such that the result is simply a statement of belief). And, as was argued, another common problem among religious believers is that of engaging the text without allowing the fear of the outcome of one’s study to overpower the enunciation of one’s ideas (thus simply leading to acceptance of what has “always” been thought.) Such thoughts are especially interesting to those of us who reflect upon trends in modern Islamic thinking; but they also illustrate the gap that remains between scholarship within the Euro-American tradition of Qur’anic studies and expected motivations when speaking to an audience in a country such as Turkey.

The difference here is, of course, familiar: it is the same tension that is experienced in religious studies in general, whether thought of as the insider-outsider dilemma or as the problem of defining religious studies as compared to theology. But what this gathering illustrated to me, at least, is the necessity for the interaction between the different perspectives—both for communication and for chipping away at the preconceptions held on both sides of the discussion. For that, this symposium was a tremendous success.

It is anticipated that a second symposium, focusing on rethinking concepts in the Qur’an, will be held next year.

© International Qur’anic Studies Association, 2013. All rights reserved.

Le Coran et l’éthique du décentrement

By Dr. Selami Varlik*

Selami Varlik is a researcher who recently defended his thesis on Qur’anic hermeneutics (“Qur’anic Hermeneutics and Objectivity of Meaning: The Philosophical Critique of Fazlur Rahman in Contemporary Turkey”). He is currently a member of the “fond Ricoeur” in Paris and recently taught philosophy at Istanbul 29 Mayis University. In this article, he examines how contemporary Muslim thinkers have attempted to read legal and moral dispositions in the Qur’an in a new way, and how their readings have missed the potential meanings of the text.

***

Nous poserons la question de la forme que pourrait avoir aujourd’hui une morale d’inspiration islamique à travers une réflexion sur l’effort mené par plusieurs réformistes modernes pour voir dans le Coran la primauté du moral sur le juridique. Ils jugent en effet le normatif trop présent, voire oppressant, dans la façon actuelle de comprendre et de vivre l’islam ; et proposent de poser la question de l’intention morale de Dieu, qui serait en accord avec le monde moderne. Toutefois cette approche pose un certain nombre de difficultés que nous allons évoquons dans un deuxième temps, après l’avoir préalablement décrite. Nous aurons ainsi l’occasion de nous demander en quoi, contre la lecture conservatrice qui enferme le texte dans le passé, cette lecture l’enferme dans le présent en réduisant son potentiel de signification. Nous verrons dès lors comment le fait de voir le texte plus comme une question que comme une réponse peut permettre de penser une éthique du décentrement.

(virginiawestern.edu)

(virginiawestern.edu)

La lecture intentionnaliste du texte

Ces intellectuels, parmi lesquels nous pouvons inscrire l’indo-pakistanais Fazlur Rahman (m. 1988), l’egyptien Nasr Hamid Abou Zeid (m. 2010) ainsi que le tunisien Mohamed Talbi, proposent de lire le Coran de façon intentionnaliste, ou finaliste, afin que ce que Dieu avait voulu dire prime sur ce qu’il a dit en révélant sa Parole. Ils considèrent que l’intention divine transcende le contexte historique de révélation du Coran. Il faut donc se demander ce que le Coran voudrait changer dans la vie des hommes. Il propose ainsi davantage une dynamique d’action plutôt qu’un modèle de société qui serait clos. Dans ‘Plaidoyer pour un islam moderne’, Mohamed Talbi a ainsi recours à la métaphore du « vecteur orienté », qu’il met en relation avec les finalités (maqāid) de la loi. « Comme un mathématicien », l’historien doit déterminer les points permettant de tracer un vecteur. Dès lors, une bonne exégèse doit aller dans le sens de ce vecteur afin d’aller dans le sens même voulu par Dieu.

Cette approche nécessite la prise en compte de l’évolution historique de la société qui reçut la révélation, en tenant notamment compte de ce qu’elle était avant et de ce qu’elle devint après. Dans son herméneutique du double mouvement, Fazlur Rahman propose que l’interprète aille à la période de la révélation pour, à partir des circonstances particulières, comprendre les finalités objectives du texte qui sont morales et non juridiques. Dans un deuxième temps, il revient à la période contemporaine pour se demander comment appliquer aujourd’hui ces finalités morales. De même, pour Talbi, la lecture historique est « une étape épistémologique et méthodologique pour pénétrer le sens du texte, dans son point de départ et son but, ce qui permet de mettre en évidence les solutions et de définir la route à suivre ».

Abou Zeid établit une dichotomie entre le sens historique (ma‘na) et son « importance » actuelle (maghza), c’est-à-dire la signification. Le sens désigne « l’interprétation immédiate des textes résultant de l’analyse des structures linguistiques telles qu’elles fonctionnent dans une culture donnée », c’est-à-dire ce que les premiers récepteurs  destinataires comprirent immédiatement et qu’il faut comprendre en tenant compte du contexte linguistique et historique. Tandis que la signification a une dimension contemporaine. Le sens est stable alors que la signification est mobile, car elle varie en fonction des horizons de la lecture et de ses paramètres. Ce sont ces significations qui représentent les intentions réelles de la Révélation. Elles sont le fruit de l’interaction entre le sens historique et le contexte du lecteur. En plus de la contextualisation historique, l’approche intentionnaliste propose également de lire le Coran à travers une lecture globale, faisant intervenir la dialectique entre le tout du texte et ses parties. La certitude ne peut jamais appartenir à des parties précises du Coran, mais seulement au tout du système moral qu’il met en place, soit sa finalité. Les parties doivent être comprises à partir du tout, qui permet de comprendre l’esprit du texte et qui lui-même doit être compris par le biais des parties. Pour Rahman, c’est précisément la lecture atomiste qui a privilégié le juridique à l’éthique en aboutissant à des prescriptions normatives à partir de versets qui ne l’étaient absolument pas.

Parmi les principales valeurs que permet de justifier cette approche figurent la justice, la liberté ainsi que l’égalité, entre tous les hommes (à travers la question du refus de l’esclavage par exemple) ainsi qu’entre l’homme et la femme (à travers, entre autres, la critique de la polygamie ou des règles d’héritage). Selon Fazlur Rahman, l’intention de Dieu que contient le Coran, soit la finalité même du message de l’islam, est moral : constituer une société juste et égalitaire. Il donne un fondement théologique à ce point de vue puisque c’est précisément parce que Dieu est Un et au-dessus de toutes les créatures, que celles-ci ne peuvent être qu’égales entre elles. Ainsi, si dans une société où la femme était avant tout un bien, un objet de droit, le Coran en fait une personne, un sujet ayant des droits, le Coran est vu comme tout à fait en accord avec le discours contemporain défendant les droits de la femme, y compris ceux dont ne parle pas le Coran. De même pour ce qui est de l’esclavage qui est plus toléré qu’accepté dans le Coran. Étant donné toutes les directives quant au fait de bien traiter les esclaves et toutes les incitations à les libérer, il est clair, pense Talbi, qu’à terme, Dieu voudrait d’une société sans esclaves ; conclusion à laquelle arrive également Fazlur Rahman. L’approche d’Abou Zeid est sur ce point assez proche des deux auteurs précédents. A propos du fait que, selon le Coran, la femme hérite de la moitié de l’homme, il rappelle que dans le contexte culturel de la révélation, « c’est un progrès par rapport à la situation antérieure, où les femmes n’héritaient pas ». L’islam est donc « par excellence la religion de l’égalité », puisqu’un pas décisif a été franchi dans le sens de son émancipation totale et de son accès à une entière égalité avec l’homme. Le Coran fait preuve de « gradation », à l’image de l’interdiction de l’alcool en trois étapes, pour proposer un modèle de justice sociale où l’homme comme la femme seraient libres.

La violence des bonnes réponses

Bien que cette approche soit  légitime et riche en perspectives, notamment dans un contexte où le normatif est incontestablement trop (et mal) présent, il n’en demeure pas moins qu’elle soulève un certain nombre de difficultés. Légitime et riche en perspectives, cette approche puisse-t-elle être, notamment dans un contexte où le normatif est incontestablement trop (et mal) présent, il n’en demeure pas moins qu’elle soulève un certain nombre de difficultés. L’intention divine est-elle si facilement connaissable ? Comment le lecteur moderne, lui-même historiquement déterminé, situé dans un contexte socio-politique ayant des enjeux et des stratégies propres de lecture, peut-il prétendre connaitre avec une totale objectivité quel a toujours été le message moral du Coran. Autrement dit, le problème ici ne touche pas le fait de penser que le vouloir-dire de l’auteur dépasse le dire du texte, mais de prétendre connaitre avec certitude et une fois pour toute en quoi consisterait cette intention. D’autant que, même s’il ne fait aucun doute que l’intention de ces penseurs est bonne, ce terme même d’« intention » nous invite à questionner les finalités mêmes du modèle de lecture qu’ils proposent. Dans un contexte tendu où l’on se demande si l’islam est compatible avec ceci ou cela (démocratie, droits de la femme, République, tolérance, égalité, Occident…), la réponse qui semblait la meilleure aux yeux de ces intellectuels était de répondre de façon affirmative – ce qui est légitime – en réduisant le Coran à un discours de confirmation, d’approbation – ce qui l’est moins… Le désir de construction d’un islam moderne risque alors de faire du Coran un réservoir de solutions venant systématiquement accréditer des conclusions obtenues ailleurs. La lecture scientifique du texte sacré fonctionne de la même façon. On lit toujours le texte de façon pour a y trouver la confirmation a posteriori de quelque chose.

Or, ces lectures ne voient pas à quel point elles sont elles-mêmes historiques et dans quelle mesure le contenu qu’elles donnent au message moral du Coran est tributaire d’un contexte bien spécifique. Lisant le passé à travers les grilles de lecture du présent (à l’inverse du littéraliste qui fait la même erreur dans l’autre sens), elles ne voient le texte que comme un moyen de justifier un certain nombre de valeurs morales, dont la légitimité et la primauté ne pose d’ailleurs, bien évidemment, absolument pas question. Ici, encore le texte est enfermé dans une période, sauf que celle-ci a la particularité d’être celle dans laquelle nous vivons, et non celle dans laquelle vivaient les musulmans il y a plus de dix quatorze siècles. Il ne s’agit donc ni de dire que le Coran n’a pas de message moral dépassant la dimension juridique, ni de refuser que ce message moral soit en accord avec une morale universelle, mais de pointer le risque de réduire cette dernière à une éthique particulière propre à un temps donné en restant déterminer par des stratégies inconscientes de lecture. Le danger est dès lors de stopper le potentiel de signification éthique du texte, sous prétexte que le véritable message moral du Coran, parfaitement en accord avec le monde dans lequel nous vivons, a enfin été trouvé une bonne fois pour toute. Ainsi, la réduction du texte à un simple « oui » au monde ne pose pas moins de difficultés que sa réduction à un « non », propre au discours conservateur et réactionnaire. Il s’agit là de deux attitudes extrêmes où le religieux sert de faire-valoir au politique et où le texte est considéré comme un stock de réponses aux questions qu’on lui pose. Dès lors, le Coran est vu comme ayant enfin apporté les bonnes réponses aux questions qu’on lui avait posées.

Alors que le texte lui-même devrait poser question, et préserver, par ce biais, autant son sens de l’approbation que sa capacité à la contestation. Mais cette contestation peut tout toucher, y compris le croyant dans ses certitudes les plus solides. Autrement dit, le texte sacré questionne, bouscule, décentre le lecteur en l’invitant sans cesse à voir les choses autrement. A travers ce décentrement, décrit par Paul Ricœur, le sujet « échange le moi, maître de lui-même, contre le soi, disciple du texte ». Et, le geste éthique fondamental du Coran se trouve précisément dans ce décentrement de soi, qui libère un espace dans lequel l’autre lecteur peut trouver une place. Car la violence de l’interprétation ne se situe pas uniquement dans le fait de parler de violence ou de la prôner, mais également dans l’arrogance d’une lecture qui, aussi légitime et pertinente puisse-t-elle être dans son contenu, se présente comme la meilleure et la dernière. Tandis que l’éthique du décentrement, nourrie par une dialectique entre le oui et le non au monde, enseigne la remise en question du soi narcissique, grâce à laquelle l’autre peut enfin pleinement exister. Il trouve en effet une place dans l’espace qui s’ouvre dans un soi qui se distancie de ses certitudes, permettant l’émergence d’une véritable éthique de l’altérité.

*This blog post is a slightly revised version of Dr. Selami Varlik’s essay from the website http://www.legaic.org/article.php3?id_article=264

© International Qur’anic Studies Association, 2013. All rights reserved.